AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Madrid (Vainqueur : Federer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Ven 15 Mai - 5:44

Simon : "Je n'arrive pas à me battre"

Gilles, pour résumer ce match, tu es un peu passé du paradis à l’enfer…
C’était bizarre. C’est clairement un match où je suis bien, et, dès que ça se complique un peu, je deviens complètement idiot. Ensuite, la situation a vite tourné en sa faveur.

Tout roulait trop bien ?...
Non, ça ne roule jamais « trop bien ». Mais sur plusieurs des matches que j’ai pu jouer ces derniers temps, j’ai remarqué que quand ça se passait mal, ça se passait mal longtemps. Encore une fois, c’est ce qui s’est passé aujourd’hui. Et contrairement à mon adversaire du premier tour par exemple, qui revient à 4/3 mais qui me fait trois doubles fautes derrière, là, ce n’est pas ce type de joueur. Donc quand, à 4/2, ça s’est un peu moins bien passé, avec des balles de jeu sur son service, ensuite 40/0, il fait 3 beaux points sur le mien… Voilà, il a suffit de ça pour que ça déconnecte complètement. Et il y a une série de 7 jeux qui part en 20 minutes !

Lui a mal débuté, puis est rentré dans le match au moment où toi, tu en sortais
Je pense que c’est surtout parce que je l’ai laissé revenir qu’il allait mieux ! Si, à 4/2 (j’ai deux balles de break), je ne fais pas deux fautes bêtes, le match est terminé, qu’il joue mieux ou moins bien. Donc non. Clairement, ce match-là, c’est moi qui l’ai perdu. Alors évidemment, il a mieux joué, mieux servi, a donné moins de points du fond de court. Mais je pense tout de même qu’à un moment j’avais toutes les cartes en main pour gagner.

A quoi est due cette « déconnexion » ?
C’est essentiellement dû à mon cerveau ! Vraiment. Ce n’est pas dans mes habitudes, mais à un moment-donné, j’ai carrément envie de me barrer du court. Ça me fatigue. Je n’arrive plus. Je n’arrive plus à me battre, je n’ai plus du tout le bon état d’esprit sur le terrain. Je le sens, je deviens idiot, mais je n’arrive pas à l’empêcher… J’arrive à stopper l’hémorragie en faisant un jeu à 3/1, il a une balle de 4/0, et s’il fait 4/0, ça peut très bien encore continuer pendant un moment ! En ce moment, quand ça se passe mal, j’ai du mal à l’arrêter. Sur Beck, ça s’est transformé en 6 jeux de suite pour prendre 6/1. Zverev idem. Là, encore une fois, 7 jeux de suite. Je crois clairement qu’il faut arriver à arrêter ça.

Besoin de vacances ?
Je ne peux pas partir en vacances car mon programme ne me le permet pas, mais dans ma tête… un peu.

Direction Düsseldorf donc la semaine prochaine pour la World Team Cup ? (aux côtés de Jérémy Chardy et Jo-Wilfried Tsonga, ndlr)
Oui. C’est une compétition où il n’y a pas beaucoup de pression. Le but, c’est clairement de faire des matches avant Roland. Essayer de se libérer, essentiellement dans la tête. Le seul tournoi où ça allait mieux, c’était Estoril. C’est celui où j’avais le moins de pression, car ça ne comptait qu’en cas de réussite. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai pris plus de plaisir sur le terrain. Mais je crois qu’en refaisant un match comme ça… Il faudra bien un Düsseldorf avant Roland !

Ce qui se passe aujourd'hui... C’est grave ?
Je dis toujours, il y a plus grave dans la vie… Mais il y a un moment où je suis fatigué. Fatigué d’être sur le court, de faire l’effort. Je n’y arrive plus du tout. C’est ce qui fait la différence avec les moments où j’ai mieux joué, où j’ai eu de meilleurs résultats. Ce n’est pas tellement au niveau du jeu (car au niveau du jeu c’était très bien sur une partie du match) : j’étais patient quand il fallait, je l’agressais quand il fallait. Seulement à un moment, ça devient n’importe quoi. Et ça, ce n’est ni le tennis ni la confiance. C’est juste le cerveau.

Tu vas également subir une grosse pression à Roland Garros, en tant que n°1 Français…
C’est le même type de pression. Que l’on ressent à différents degrés, mais c’est vrai que ces derniers temps, j’ai fait beaucoup d’efforts dans ma tête pour tenter d’aller mieux au niveau de mon jeu. Et du coup ma tête ne suit plus ! Elle est fatiguée…

Pourtant ton jeu était bon aujourd’hui en début de rencontre. Jusqu’à 6/3 ; 4/2 tout va bien…
Oui, justement, c’est ce qui montre que c’était dur aujourd’hui. Normalement, si je me fais débreaker, je suis toujours à 6/3 ; 4/4. Ya pas le feu, tout va bien. Mais là, ça me rend fou, à un point !… Voilà quoi. Je le sens arriver, je le vois très bien venir, mais je n’arrive pas à l’empêcher. J’étais faible dans ma tête.

Dans le vestiaire, après ce match, que se passe-t-il ? Comment réagis-tu ?
Ben… Rien. Parce que je suis à un stade où je ne suis même pas énervé, juste gavé. J’ai juste envie de rentrer, d’oublier ce match et de passer à autre chose

Comment expliques-tu cette fatigue ? Tu n’as peut-être pas assez coupé en début d’année ?
J’ai beaucoup enchaîné, mais c’est le programme qui est comme ça, qui est très lourd et ne permet pas de se reposer. Chaque fois que l’on veut souffler, il faut sacrifier un tournoi. C’est vrai que la plupart des tournois, j’ai envie de les jouer. Seulement ce que tu ressens sur le terrain n’est pas forcément ce que tu ressentais deux jours avant. J’étais bien, reprenais du plaisir, rejouais mieux. Mais en enchaînant beaucoup, je n’ai pas eu le temps de surmonter ça. Loin de là.

A Rome tu « cogitais trop ». Cela a été le cas ici également ?
Oui, mais à Rome, c’était plus au niveau de mon jeu. Je ne savais pas trop comment jouer, s’il fallait que j’attaque, que je défende etc. J’avais beaucoup de problèmes de repères, de sensations sur le terrain. Je ne trouvais pas les solutions. C’est dans ce sens-là que c’était difficile. Je m’entraînais beaucoup pour retrouver ma ligne de conduite, celle qui fait que je joue bien sur terre. Alors que là, sur le match, c’est totalement autre chose : mon jeu est là, bien présent, installé, va mieux. Je sers bien, passe beaucoup de premières, sans faire de folies j’attends, de temps en temps je l’agresse sur une balle bien quand il faut. Tout va bien. Mais je fais juste deux mauvais jeux, et ça me rend malade. Je suis à bout de nerf, c’est juste ça !... Chaque jeu, après, est un gros combat. Je me dis « allez, c’est pas grave, t’es encore bien ». Mais tout me rend dingue. Ça me fait péter les plombs. Je rate deux coups droits : même un minime première année ne peut pas les rater... Forcément, après, c’est deux fils qui se touchent…

Comment qualifies-tu ton niveau de jeu jusqu’à 4/2 dans le 2e set ?
C’était solide. Vraiment bien, car Ljubicic est un joueur pas facile à maîtriser. Il joue « mou », à deux à l’heure, tu as l’impression de n’avoir que des pénaltys à taper. Mais il attend bien, voit bien le jeu. Mine de rien, quand tu attaques, il part toujours du bon côté pour la glisser ensuite…Contrairement à Indian Wells où j’allais attaquer dès la première ou la deuxième, là, j’avais prévu de le faire courir. J’avais trouvé le bon rythme. J’attaquais chaque fois la cinquième ou sixième : ce que je faisais, c’était constant. Je le retournais dès que je le pouvais. Mais je fais deux points pourris à 15/40, qui ne m’aident pas, dont un retour au milieu du filet…Clairement, pour moi, là, c’est quasiment des balles de match. Je ne les fais pas, mais c’est pas grave. A 4/3, je suis à 40-0. Je suis bien, je fais un beau point. Et il me fait un super passing court croisé... Après, c’est une des premières fois où il me fait un retour gagnant décroisé, et puis c’est là où ça me rend dingue : il me fait son retour flottant, sur première, qui finit par tomber sur la ligne. Ça m’énerve ! A ce moment là, je me dis « j’aurais pu faire 5/2 cent fois, là ça se goupille très mal, et je n’arrive pas à lutter… »

Quand il recolle au score (4/4), tu as le sentiment que tu ne peux plus gagner ?
Non, car il y a encore des moments où j’y crois. Il sert, je retourne bien. C’est juste l’impression que ça se passe mal… Je n’ai pas besoin de ça !

Tu dis que ce n’est pas un problème de confiance. De quoi s’agit-il ? De fatigue mentale ?
Oui. C’est horrible : même moi, après, je m’en veux. Mais je n’arrive pas à me battre ! Je suis obligé de le reconnaître. Je n’arrive vraiment pas à me battre. Au début, quand ça se passe bien, je suis motivé. Avant mon match, j’ai méga envie de jouer. Mais quand ça se passe mal, je ne passe pas au-dessus… J’étais fatigué. Peut-être que je me disais « voilà, enfin, ça revient. J’ai gagné 3 et 2 au premier tour. Peut-être que là je peux gagner à nouveau 3 et 2. » Je me sentais bien, et tout d’un coup, il est revenu à 4/4, et je me suis dit « m…, fait ch…, c’est dur ». J’avais envie que ce soit facile, et c’était dur : je n’étais pas préparé à ça. Je me suis fait vachement violence ces derniers temps avec mon jeu. Là, justement, j’ai l’impression que c’est enfin facile, que tout va bien. Et je passe de ça à, trois jeux après, « p…, ça va être un cauchemard, ça me fatigue, ça me saoule, j’ai plus envie ». Je me voyais trop beau, trop vite.

http://www.welovetennis.fr/masters-madrid/11781-simon-je-n-arrive-pas-a-me-battre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Ven 15 Mai - 6:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Sam 16 Mai - 5:35

Singles - Quarter-finals
[1] R Nadal (ESP) d [7] F Verdasco (ESP) 64 75
[2] R Federer (SUI) d [6] A Roddick (USA) 75 67(5) 61
[3] N Djokovic (SRB) d [WC] I Ljubicic (CRO) 64 64
[5] J Del Potro (ARG) d [4] A Murray (GBR) 76(4) 63



Le programme de samedi

Court central
Pas avant 16 heures
Rafael Nadal (ESP) - Novak Djokovic (SER) : 13-4
Pas avant 20 heures
Juan Martin Del Potro (ARG) - Roger Federer (SUI)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mésange
Tennis Passion
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8775
Age : 52
Localisation : Liège
joueurs/ses prefere(e)s : Roger, Kim et Oli
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Sam 16 Mai - 12:42

J'aime bien la terre battue bleue ! Faut dire que le bleu est ma couleur préférée Wink mais c'est vrai que ça ferait bizarre quand même Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomson
SorANA Addict
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1619
Age : 29
Localisation : Bruxelles
joueurs/ses prefere(e)s : Ana, Tammy, Kim, Rafa, Murray, Wozniacki, Darcis, Del Potro, Yanina, Malisse, Gulbis, Cirstea, Azarenka.
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Sam 16 Mai - 23:33

Nadal en finale à l'arraché

Rafael Nadal s'est qualifié pour la finale du tournoi ATP de Madrid. L'Espagnol a sauvé trois balles de match avant de battre Novak Djokovic.
Nadal (ATP 1) a pris la mesure de Djokovic (ATP 4) en trois manches (très) disputées: 3-6, 7-6 (7/5), 7-6 (11/9).

En finale, le numéro un mondial affrontera le vainqueur de la seconde demi-finale opposant le Suisse Roger Federer (ATP 2) à l'Argentin Juan Martin Del Potro (ATP 5).

ATP Madrid - demi-finales
Rafael Nadal (Esp) - Novak Djokovic (Ser) 3-6, 7-6 (7/5), 7-6 (11/9)
Source : www.sport.be

------------

Et ça sera Roger, qui vient de battre assez facilement Juan Martin del Potro 6/3 6/4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ML
Belgian Tennis Fan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18417
Age : 69
Localisation : Bruxelles
joueurs/ses prefere(e)s : Les Belges avant tout...
Date d'inscription : 12/01/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 0:29

http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=236468&source=afp&status=3

Tennis à Madrid: le vingtième Nadal-Federer dimanche
(16/05/2009 22:56)

MADRID (AFP)
Rafael Nadal et Roger Federer s'affronteront pour la vingtième fois de leur carrière dimanche en finale du tournoi de Madrid.
Même si l'Espagnol mène 9 à 1 sur terre battue face à son grand rival et a remporté leurs cinq derniers duels toutes surfaces confondues, le Suisse aura probablement sa chance grâce à une plus grande fraîcheur physique.
Nadal a en effet dû livrer une énorme bataille de plus de 4 heures et sauver trois balles de matches avant de battre Novak Djokovic en trois sets 3-6, 7-6 (7/5), 7-6 (11/9) dans un duel d'anthologie en demi-finale.
Federer s'est lui promené face à l'Argentin Juan Martin Del Potro, balayé 6-3, 6-4 en 1h 21 min.
Chahuté comme rarement il l'a été sur terre battue, le N.1 mondial est passé tout près de subir sa première défaite de la saison sur sa surface préférée, à son 19e match. Mais il est quand même parvenu, une fois de plus, à sortir les coups salvateurs aux moments clés.
Sur deux des trois balles de match défendues dans l'ultime tie-break, ses attaques de coup droit sont tombées juste dans l'angle du court. "Je crois que ça se passe de commentaire. Un ou deux points ont décidé de tout", a dit Djokovic, complètement abattu après sa défaite.
Tout Nadal qu'il soit, le Majorquin risque d'avoir mal aux jambes dimanche en finale car les échanges ont atteint une intensité inouïe en fin de match. Pour sa première édition sur terre battue, le tournoi de Madrid a vraiment été gâté. Nadal avait fait venir le kiné au début de la deuxième manche pour se faire bander la cuisse, mais il n'a pas paru gêné dans ses mouvements. Au contraire, plus la rencontre avançait vers son final à couper le souffle et plus il retrouvait ses coups, après avoir commis un nombre inhabituel de fautes directes en début de match (50 au total, dont 37 dans les deux premières manches).
"J'ai commencé par jouer très mal, très court. Et puis j'ai trouvé le rythme et j'ai fini par jouer un grand tennis. C'était indispensable pour battre Djokovic aujourd'hui", a commenté le N.1 mondial.
S'il a récupéré, l'Espagnol aura l'occasion d'empocher dimanche son quatrième titre d'affilée sur terre battue après Monte-Carlo, Barcelone et Rome et d'arriver invaincu à Roland-Garros, comme en 2006.
Federer est lui toujours à la recherche de son premier trophée de la saison.

La finale dame opposera la Russe Dinara Safina, N.1 mondiale, à la jeune Danoise de 18 ans Caroline Wozniacki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ML
Belgian Tennis Fan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18417
Age : 69
Localisation : Bruxelles
joueurs/ses prefere(e)s : Les Belges avant tout...
Date d'inscription : 12/01/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 0:36

http://www.lequipe.fr/Tennis/breves2009/20090516_202337_nadal-au-bout-du-suspense.html

16/05/2009 à 20:23:00
Tennis - ATP - Madrid - Nadal au bout du suspense

Après avoir sauvé trois balles de match et avoir vécu un début de match cauchemardesque, Rafael Nadal se qualifie samedi pour la finale en dominant (3-6, 7-6 [5], 7-6 [9]) Novak Djokovic après un combat dantesque de 4h02'. Pour la première fois de la saison sur terre, l'Espagnol retrouve en finale Roger Federer, tombeur (6-3, 6-4) de Juan Martin Del Potro.

Certains visages illustrent mieux un match qu'un long discours. En conférence de presse, Novak Djokovic apparaît K.-O. debout. Quand Rafael Nadal arrive dans la salle de presse, il prend les choses en main. Le micro ne marche pas alors il passe aux interviews télévisées avant de revenir parler à la presse écrite. Quand le son fonctionne, c'est lui qui pose la première question ! Il ne se souvient plus combien de balles match il a dû sauver ? Trois, Rafa. Et combien de temps le match a duré ? Quatre heures, Rafa. L'anecdote peut prêter à sourire. Pourtant elle démontre tout simplement que le numéro un mondial joue vraiment point après point. Ce n'est pas un simple théorème pour fort en maths. C'est sa philosophie. «Si j'avais perdu, j'aurais bien sûr été déçu sur le moment. Mais demain, j'aurais été content d'avoir vécu un tel match», résume avec sincérité le Majorquin, qui totalise désormais trente-trois victoires consécutives sur terre battue. Et pourtant, il a marché sur l'arête de la falaise pendant tout le match.

Entre la raison et la passion, son coeur a longtemps balancé. Pendant deux heures, Rafael Nadal grimace, multiplie les fautes directes, se tient les mains sur les hanches et dodeline de la tête pour illustrer sa désapprobation sur sa qualité de jeu. En face, Novak Djokovic ne bouge pas de sa ligne de fond et distribue parfaitement le jeu. Quand le kiné arrive pour bander son genou droit à (3-6, 1-2) et lui donner des anti-inflammatoires, les aficionados commencent à sérieusement s'inquiéter. Et la question de s'économiser en vue de Roland-Garros taraude tous les esprits. La raison peut pousser le Majorquin à un repos bien mérité. La passion le guide vers sa nature profonde, le combat. Il ne joue pas bien, mais se bat encore et toujours. Il ne peut pas lâcher devant ce public qui le vénère. Il ne peut pas lâcher tout simplement car il n'est pas constitué de ce bois-là. Il sauve quatre balles de break dans la deuxième manche à l'image de ses deux services gagnants à 4-5 (15-40). Plus l'adrénaline monte, mieux il joue. Au tie-break, ses frappes deviennent plus violentes et il fait craquer le 4e mondial. Le public l'ovationne et le match change de dimension.

Novak Djokovic doit maintenant affronter l'autre Nadal, le vrai avec ses gifles de coup droit, ses passings en bout de course et ses "vamos" tonitruants. Malgré des jambes de plus en plus lourdes, le Serbe ne se démonte pas et continue à produire un grand niveau de jeu pour breaker le premier et mener 3-1. Mais le numéro 1 mondial retrouve bien sa panoplie de super-héros de l'Espagne pour débreaker dans la foulée. Quand le jeu touche le coeur, Rafael Nadal n'est jamais aussi fort. Quand la "bête" est blessée, elle se cabre, à l'image de sa première balle de match sauvée après un échange énorme sur un coup droit gagnant en décalage à 6 points à 5 au tie-break de la troisième manche. Sur sa deuxième balle de match à 7 points à 6, Novak Djokovic en appelle au ciel et se signe. Rafael Nadal lui inflige un terrible droite-gauche et un nouveau coup droit gagnant. Il en reste une à 9 points à 8. L'Espagnol l'efface avec une première balle. Deux nouvelles gifles de coup droit lui offrent le match. Il s'écroule les bras en croix. Une image bien connue mais inédite en demi-finale d'un Masters 1000. Il offre gentiment son bandeau à un enfant accouru sur le court et le public entonne des "Rafa" par vagues sonores et se prosterne. Rafael Nadal possède deux vertus cardinales : le coeur et la raison.

Sophie DORGAN, envoyée spéciale à Madrid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 5:20

Nadal est immense !

Rafael Nadal et Novak Djokovic ont offert un spectacle d'une incroyable intensité en demi-finales à Madrid. Jamais aussi proche de battre le numéro un mondial, le Serbe a fini par s'incliner après plus de quatre heures de match (3/6 7/6 7/6) ! L'Espagnol affrontera Roger Federer, tranquille face à Juan Martin del Potro (6/3 6/4).


En programmant Roger Federer et Juan Martin del Potro à 20 heures, les organisateurs ne se doutaient pas qu'ils seraient en retard sur leur planning. Sur le court depuis 16 heures, Rafael Nadal et Novak Djokovic ont tout simplement offert le match de l'année lors de la première demi-finale ! 4h02 d'un combat ultime, intense, grâce à un Serbe débarrassé de tout complexe. Mais comme à Monte-Carlo et Rome plus tôt dans la saison, c'est bien le numéro 1 mondial qui est encore sorti vainqueur, pour sa 33e victoire d'affilée sur la brique pilée.

Djokovic agressif
Ballotté et pas vraiment fringant la veille face à Fernando Verdasco, Rafael Nadal n'a pas offert un visage diamétralement opposé ce samedi en demi-finales. Comme face à son compatriote, le numéro 1 mondial commettait d'entrée des fautes totalement inhabituelles. Djokovic, lui, réalisait l'entame de match parfaite. Très concentré, le Serbe prenait la balle le plus tôt possible pour agresser son adversaire et l'empêcher de s'organiser. Ajoutez à cela une grosse solidité au service, agrémentée d'une belle alternance, et vous obteniez un Nadal en grande difficulté (3/0). L'Espagnol avait beau débloquer son compteur (3/1) et mettre plus de poids et plus de profondeur dans ses coups, il traînait comme un boulet son début de match raté. Surtout qu'il continuait à se montrer étonnamment maladroit, notamment en coup droit (9 fautes directes après seulement 6 jeux !). Impressionnant en défense pour contrer les lifts de l'Ibère, Djokovic tenait parfaitement sa ligne de fond de court, jouait bien à l'intérieur du terrain et empochait fort logiquement la première manche sur sa deuxième balle de set (6/3).

Nadal strappé
Moins mobile qu'à l'accoutumée, trop neutre en retour et à la recherche de bonnes sensations, Nadal laissait le public madrilène dubitatif. Souvent loin de la balle, le numéro 1 mondial ne parvenait pas à faire mal à son adversaire. C'est bien le Serbe qui dictait sa loi en ayant tout le temps nécessaire pour mettre en place son tennis. Au courage, Nadal devait s'arracher pour éviter un nouveau break précoce (1/2)… avant de faire appel au kiné pour se faire soigner juste au dessus du genou droit. Le strap et la bombe magique faisaient son effet. Nadal retrouvait du punch et restait dans le coup. Sans toutefois inquiéter Djokovic (4/4) sur ses mises en jeu (aucune balle de break à sauver !). Le Serbe, très percutant en revers, ne relâchait absolument pas la pression. Peu de fautes, de bonnes initiatives, une couverture du terrain exceptionnelle, il n'en fallait pas plus pour faire exploser Nadal, sauvé à deux reprises par de bonnes premières (4/5).

Trois balles de match effacées !
La tension grimpait d'un cran, tout comme le niveau de jeu (le 11e jeu durait 11 minutes !). Le Majorquin, lui, montait en régime et obligeait Djokovic, moins lucide mais costaud, à sauver sa première balle de break et à disputer un tie-break (6/6). Porté par son public, Nadal sortait le grand jeu et pilonnait le numéro 4 mondial qui devait s'avouer vaincu (7/6, 7-5). Le chrono affichait alors 2h30. La fatigue n'altérait en rien ce magnifique bras de fer. Nadal, encore une fois, était le premier à céder (1/3) mais sa réplique offrait une tournure encore plus dramatique à la partie. Une amortie fatale de l'Espagnol, après un échange interminable, raidissait d'un coup sec le Serbe, perclus de crampes (2/3). Un massage au changement de côté suffisait pour qu'il reparte au combat. Tous les jeux, sans exception, étaient accrochés, atteignant des sommets d'intensité. L'indécision ne se levait que lors d'un nouveau et ultime tie-break. Djokovic pensait avoir fait le plus dur en se procurant deux balles de match, à 6/5 puis 7/6. Mais Nadal les effaçait de deux coups droits long de ligne stratosphériques. Puis, c'était au Serbe d'écarter une balle de match (8/7), puis à nouveau à l'Espagnol (8/9), et enfin à Djokovic (10/9) qui finissait par rendre les armes après 4h02 de match (7/6, 11 points à 9). Exceptionnel !

Federer maîtrise Del Potro
Le combat épique laissera forcément quelques traces dans l'organisme de Rafael Nadal en finale, dimanche. Roger Federer, vainqueur de Juan Martin del Potro (6/3 6/4), pourrait bien en profiter. Surtout s'il réédite son récital de la fin du premier set face à l'Argentin, fessé en deux manches. Assez irrégulier depuis le début de la semaine à Madrid, le Suisse n'a pas souvent été inquiété par le Sud-Américain de 20 ans. Et si l'on met de côté deux balles de break écartées dans le tout premier jeu du match, le Bâlois peut se féliciter d'avoir facilement maîtirsé le tombeur d'Andy Murray. Le voilà désormais propulsé en finale, face à sa bête noire, pour une revanche notamment de l'Open d'Australie. L'Espagnol reste en effet sur cinq victoires de suite face à Fed Ex qui ne l'a plus battu sur terre depuis deux ans. C'était à Hambourg en 2007.

Résultats des demi-finales :
Nadal (Esp, 1) - Djokovic (Srb, 3) 3/6 7/6 7/6
Federer (Sui, 2) - Del Potro (Arg, 5) 6/3 6/4

http://www.lefigaro.fr/tennis/2009/05/16/02004-20090516ARTSPO00591-nadal-est-immense-.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 5:23

Tennis à Madrid: le vingtième Nadal-Federer dimanche

MADRID (AFP) — Rafael Nadal et Roger Federer s'affronteront pour la vingtième fois de leur carrière dimanche en finale du tournoi de Madrid.

Même si l'Espagnol mène 9 à 1 sur terre battue face à son grand rival et a remporté leurs cinq derniers duels toutes surfaces confondues, le Suisse aura probablement sa chance grâce à une plus grande fraîcheur physique.

Nadal a en effet dû livrer une énorme bataille de plus de 4 heures et sauver trois balles de matches avant de battre Novak Djokovic en trois sets 3-6, 7-6 (7/5), 7-6 (11/9) dans un duel d'anthologie en demi-finale, alors que Federer s'est promené face à l'Argentin Juan Martin Del Potro, balayé 6-3, 6-4 en 1h 21 min.

"On m'avait déjà dit ça à la veille de la finale de l'Open d'Australie et ça n'avait pas marché. Et puis ces deux-là prennent leur temps (pour servir), alors ce n'était pas vraiment quatre heures", a fait remarquer le Suisse.

La précédente rencontre en date entre les deux hommes remontent en janvier à Melbourne. Malgré un marathon de plus de 5h en demi-finale contre Fernando Verdasco, Nadal s'était imposé.

"Avec l'adrénaline et l'aide du public, je crois qu'on aura le Rafa de toujours", a estimé le Suisse.

Contre Djokovic, le N.1 mondial, chahuté comme rarement il l'a été sur terre battue, est passé tout près de subir sa première défaite de la saison sur sa surface préférée, à son 19e match. Mais il est quand même parvenu, une fois de plus, à sortir les coups salvateurs aux moments clés.

Sur deux des trois balles de match défendues dans l'ultime tie-break, ses attaques de coup droit sont tombées juste dans l'angle du court. "Je crois que ça se passe de commentaire. Un ou deux points ont décidé de tout", a dit Djokovic, complètement abattu après sa défaite.

Nadal avait fait venir le kiné au début de la deuxième manche pour se faire bander la cuisse, mais il n'a pas paru gêné dans ses mouvements. Au contraire, plus la rencontre avançait vers son final à couper le souffle et plus il retrouvait ses coups, après avoir commis un nombre inhabituel de fautes directes en début de match (50 au total, dont 37 dans les deux premières manches).

"J'ai commencé par jouer très mal, très court. Et puis j'ai trouvé le rythme et j'ai fini par jouer un grand tennis. C'était indispensable pour battre Djokovic aujourd'hui", a commenté le N.1 mondial.

S'il a récupéré, l'Espagnol aura l'occasion d'empocher dimanche son quatrième titre d'affilée sur terre battue après Monte-Carlo, Barcelone et Rome et d'arriver invaincu à Roland-Garros, comme en 2006.

Federer est lui toujours à la recherche de son premier trophée de la saison.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gdrdZ6qxG5LT-Gctz0mXUtuqmMEQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 5:27







Djokovic: "Terriblement déçu"

Novak Djokovic n'est jamais passé aussi près de battre Rafael Nadal sur terre battue. Et pourtant il a eu trois balles de match à Madrid. Trois occasions manquées qui ne sont pas près d'être digérées par le Serbe...

Novak Djokovic, est-ce que la qualité de votre jeu constitue un réconfort dans la défaite? Vous venez de jouer l'un des plus beaux matchs de ce tournoi...

Novak Djokovic: C'est une situation qui se reproduit trop souvent, je joue mon meilleur tennis sans parvenir à gagner le match. Comment est-ce que cela pourrait me consoler?

Vous pensez que vous auriez pu mieux faire mieux aujourd'hui?

N.D: J'ai joué l'un de mes meilleurs matchs sur terre battue aujourd'hui. Je ne pense pas que vous ayez besoin d'avantage de commentaires, le match parle de lui même. Deux points ont décidé du match. C'est très frustrant. Je ne sais plus quoi faire.

Vous avez remporté le tournoi de Belgrade il y a une semaine et vous êtes arrivé ici à Madrid, pour fournir une sacrée lutte. Vous n'avez pas réussi la passe de deux, mais, vous le méritiez...

N.D: Je suis un joueur de tennis professionnel. Je joue chaque match en essayant de donner le meilleur de moi-même. C'est précisément ce que j'ai fait aujourd'hui, je pense même avoir dépassé mes limites lors de certains points. Notamment lorsque j'ai obtenu ces trois balles de matchs. C'est une réelle frustration de jouer un tel tennis sans parvenir à remporter le match à la fin.

Malgré votre déception, totalement légitime, vous est-il possible de tirer quelque chose de positif de ce match?

N.D: Je crois que la seule chose positive que je puisse tirer c'est que j'ai été à un point de la victoire face à Nadal. Peut-être que la prochaine fois j'utiliserai deux raquettes...


http://www.eurosport.fr/tennis/masters-madrid/2009/terriblement-decu_sto1942330/story.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex
the FrenCH touCH
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10429
Age : 29
Localisation : France
joueurs/ses prefere(e)s : Clijsters - Murray - Jankovic - Hewitt - Hingis - Ancic - Sharapova - Simon - Ivanovic - Nadal
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 10:45

La finale avant la lettre ça c'est sûr Exclamation J'espère que Nadal aura encore quelques réserves et pourra offrir un match à son public. Ce serait d'ailleurs assez injuste de voir Federer profiter ainsi de la situation mais bon, c'est ça aussi le tennis Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swedishalex.skyblog.com
mésange
Tennis Passion
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8775
Age : 52
Localisation : Liège
joueurs/ses prefere(e)s : Roger, Kim et Oli
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Dim 17 Mai - 15:23

Federer est en finale lui aussi, il mérite autant le titre que Nadal, non ? Je ne vois pas en quoi le fait de s'être battu autant en 1/2 fait qu'il mérite plus qu'un autre le titre ! N'oublie pas qu'il a aussi bénéficié d'un abandon !

Dommage peut-être pour toi qui apprécies Nadal mais pas injuste ! Ce n'est vraiment pas le mot !

Que dire alors des matches perdus par Roger encore sous les effets de sa mononucléose ? Ce n'est pas injuste, ça, que ses adversaires ont pu profiter de son état ? Et ce n'est qu'un exemple...

Comme tu dis, ça fait partie du tennis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 5:40

A Madrid, Federer mate (enfin) Nadal




Roger Federer a enfin remporté son premier titre de l'année dimanche au tournoi de Madrid en battant en deux sets (6-4, 6-4) en finale un Rafael Nadal fatigué par son combat de quatre heures livré la veille contre Novak Djokovic.

C'est seulement la deuxième fois en onze rencontres que le Suisse domine l'Espagnol sur terre battue. Federer restait sur une série de cinq défaites toutes surfaces confondues contre son grand rival, à chaque fois en finale, sa dernière victoire datant de novembre 2007 au Masters de Shanghai, sur dur.

Nadal subit son premier échec de la saison sur l'ocre, à son 20e match, après avoir gagné les tournois de Monte Carlo, Barcelone et Rome. Son dernier revers sur sa surface préférée remontait à l'édition 2008 du tournoi romain.

Avec son orgueil immense de champion, Federer n'a pas voulu admettre qu'il se sentait soulagé de l'avoir emporté. "J'étais très près de le battre à l'Open d'Australie et à Wimbledon, alors je ne suis pas en train de me dire +Enfin, ça y est!+. Mais c'est vrai que cette victoire arrive au bon moment après les mauvaises défaites que j'ai subies cette saison", a dit le Suisse, déjà battu six fois en 2009.

Très efficace au service, l'ex-N.1 mondial a contraint son successeur à la tête de la hiérarchie à retourner court, ce qui lui a permis de dicter le rythme des échanges et de réussir la plupart des points gagnants (25 à 12).

Nadal n'était pas, à l'évidence, le bulldozer qui avait gagné 150 de ses 155 matches disputés sur terre battue depuis 2005, dont 25 finales sur 26. Manquant de jus, il n'a jamais été capable de faire sortir Federer de sa zone de confort avec ses lifts de coup droit redevenus ordinaires.

Suspense relancé
Contrairement à ce qui s'était passé lors de leurs derniers duels, le Suisse a été le meilleur sur les balles de break, en convertissant 2 sur 2 contre 0 sur 3 pour Nadal, signe que l'Espagnol manquait aussi de fraîcheur mentale après son marathon de la veille, où il avait dû écarter trois balles de match.

Ce succès de Federer relance le suspense à une semaine de Roland-Garros, même s'il ne faut pas en tirer de conclusions hâtives.

Outre la différence ponctuelle de condition physique, le Suisse était avantagé par l'altitude (600 m), qui fait fuser la balle, particulièrement au service, et limite l'effet du lift du Majorquin.

"Cela permet de jouer plus agressif. Et ce n'est pas aussi facile de tirer des passing shoots. Sur certaines terres battues, il est presque impossible de monter au filet", a reconnu le vainqueur.

En 2007, Federer avait battu pour la première fois Nadal sur terre battue, à huit jours des Internationaux de France, en finale de Hambourg, sur une surface là aussi très différente de celle de Paris. Mais l'Espagnol avait tout de même survolé le Grand Chelem français.

"Je ne crois pas que cette défaite va l'affecter. A Roland-Garros, on va retrouver un Nadal solide comme le roc", a dit le Suisse, qui continue toutefois à espérer. "On a vu que quand on joue Nadal comme il faut, on a sa chance. J'espère que cette fois-ci sera la bonne".

http://www.liberation.fr/sports/0101567767-a-madrid-federer-mate-enfin-nadal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 5:49

Tennis: Roger Federer bat Rafael Nadal en finale à Madrid

MADRID (Reuters) - Roger Federer a infligé dimanche à Rafael Nadal sa première défaite de la saison sur terre battue en s'imposant chez l'Espagnol en finale du Masters 1000 de Madrid, à une semaine du début de Roland-Garros.

Le Suisse, auquel Nadal a pris la place de numéro un mondial l'an dernier, s'est imposé 6-4 6-4 en une heure et 26 minutes de jeu.

Il avait perdu ses cinq précédentes confrontations face à l'Espagnol, notamment leurs trois derniers affrontements en finale de Grand Chelem, à Roland-Garros et Wimbledon en 2008 puis à l'Open d'Australie en février.

Sur terre battue, il a aussi été vaincu par Nadal lors des trois dernières finales de Roland-Garros, où il va tenter cette année de décrocher un 14e titre en Grand Chelem, le seul manquant à son palmarès.

"J'ai l'impression de n'avoir effectué que des bons choix aujourd'hui et au bout du compte, cela donne l'impression d'avoir été facile. C'est donc une victoire parfaite pour moi", a réagi Federer.

Maître du jeu tout au long de la partie, malgré deux balles de break pour Nadal sur son dernier jeu de service, Federer a breaké au meilleur moment dans la première manche, à 4-4, avant de conclure le set sur un jeu blanc.

Il a repris le service de Nadal à 2-2 dans la deuxième manche et fini sur un ace pour remporter son premier tournoi en 2009 et le 58e titre de sa carrière.

"Je crois que tout est en train de se mettre en place. Je l'ai senti venir ces dernières semaines", a dit Federer.

"Cette année, il semble que d'autres garçons ont progressé mais j'ai toujours su que je ne cesserai de m'améliorer semaine après semaine sur terre battue", a-t-il poursuivi.

NADAL NE S'INQUIÈTE PAS

"C'est donc une sensation agréable et je suis particulièrement excité à l'idée de me rendre à Paris alors qu'il y a quelques semaines, j'avais encore quelques doutes sur mon jeu et sur mes chances de victoires au French mais les choses ont changé désormais."

L'ancien numéro un mondial n'avait plus remporté de tournoi Masters 1000 (ex-Masters Series) depuis Cincinnati en 2007.

Il s'agit de sa 15e victoire dans un tournoi de ce niveau, ce qui lui permet de rejoindre Nadal, à deux longueurs du record détenu par Andre Agassi.

L'Espagnol a perdu son cinquième match sur terre battue en 155 rencontres depuis le début de la saison 2005.

Il a dû batailler samedi durant quatre heures et deux minutes pour vaincre le Serbe Novak Djokovic en ayant sauvé trois balles de match.

Pour Nadal, quadruple tenant du titre à Roland-Garros, son marathon de la veille lui a enlevé des forces mais il ne nourrit aucune inquiétude avant de se rendre à Paris.

"C'est toujours mieux d'avoir un match d'une heure et demie la veille plutôt qu'un match de quatre heures", a-t-il dit en conférence de presse.

"Mais c'est le sport et ca arrive parfois à certains, parfois à d'autres."

"Je ne pense pas qu'il faille tirer trop de conclusions de cette défaite (...) Je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence pour Roland-Garros", a-t-il nuancé.

Avant ce match, Federer n'avait battu Nadal qu'une fois sur terre battue en 10 tentatives, lors de la finale du tournoi de Hambourg en 2007.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39324549@7-37,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 5:57

Ion Tiriac continuera d'exiger une surface bleue à l'Omnium de Madrid

MADRID — Un jour ou l'autre, l'Omnium de tennis de Madrid sera joué sur une surface de terre battue bleue, malgré les objections de Rafael Nadal et de Roger Federer.
Cette hypothèse a fait les manchettes tout au long de la tenue de ce tournoi mixte, cette semaine, et la majorité des joueurs hésitent à approuver cette surface, qui recouvrait d'ailleurs l'un des courts d'entraînement.
Le promoteur du tournoi, Ion Tiriac, croit que le tennis doit innover s'il veut tenir tête à des sports comme le football et la Formule 1.
"Nous essayons quelque chose de nouveau chaque année", a déclaré Tiriac dimanche. "Rien dans les règlements de l'ATP ne m'interdit de choisir la couleur de la surface de jeu... c'est l'avenir de notre sport."
Nadal et Federer s'opposent à cette idée.
"Je suis contre, je suis totalement contre", a lancé Nadal. "Je pense que la saison sur terre battue se veut l'un des moments les plus importants de la saison de tennis, et la surface de jeu est rouge, et non bleue. Je crois que ce n'est rien d'autre que du spectacle."
Tiriac dit respecter l'opinion de Nadal et de Federer, mais il demeure en désaccord avec les deux meilleurs joueurs au monde.
"Nadal est un grand champion. Il est un atout incroyable, pas seulement pour l'Espagne mais pour le monde du sport en général. Mais après Nadal, il y aura d'autres joueurs", a rappelé Tiriac. "Un tournoi comme celui-ci n'est pas limité à deux joueurs. J'espère qu'ils vont se réveiller, les dirigeants de l'ATP et tous les autres."
Le directeur du tournoi, Manolo Santana, était optimiste de voir les deux parties trouver un terrain d'entente.
"La clé, c'est de maintenir le dialogue entre les joueurs et l'organisation", a précisé l'ancien monarque de Wimbledon. "Nous ne pouvons continuellement dire non, mais nous ne pouvons pas faire ce qui, selon nous, est bon pour le tennis."
Andy Roddick est l'un des rares joueurs ayant manifesté une certaine ouverture face à ce projet.
"Je me fiche de la couleur. Peut-être que ça ressemblera plus à la surface dure", a déclaré l'Américain.

http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5hpzya91JICIfPsUpqBP07J2dVlZg


Madrid - Bleue, je te veux !

Ion Tiriac, le patron du tournoi de Madrid persiste et signe. Il souhaite disputer l'épreuve sur la terre battue bleue, n'en déplaise notamment à un certain Rafael Nadal. «Le tournoi n'est pas fait seulement pour deux joueurs, mais aussi pour les générations futures. L'important est que les gens puissent voir les matches à la télévision dans les meilleures conditions possibles», a déclaré l'homme d'affaires roumain, dimanche, ajoutant qu'il allait tenter de «trouver un accord avec l'ATP».

Rafael Nadal, battu en finale par Roger Federer (6-4, 6-4), avait déjà critiqué l'idée avant de disputer le tournoi. «La saison sur terre battue a une longue histoire et le court doit être rouge, pas bleu. Dans le sport et le tennis, tout n'est pas du business». A noter que des courts d'entraînements en terre battue bleue avaient été mis à disposition des joueurs et joueuses cette semaine. Marat Safin y a notamment fait une démonstration. Affaire à suivre.

http://www.lequipe.fr/Tennis/breves2009/20090517_185922_bleue-je-te-veux.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mésange
Tennis Passion
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8775
Age : 52
Localisation : Liège
joueurs/ses prefere(e)s : Roger, Kim et Oli
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 8:26

Merci Noodles Wink

rog06
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ML
Belgian Tennis Fan
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18417
Age : 69
Localisation : Bruxelles
joueurs/ses prefere(e)s : Les Belges avant tout...
Date d'inscription : 12/01/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 12:01

win112f rog06 win112f


Merci, Noodles Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ily
coach
avatar

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 36
Localisation : Belgique
joueurs/ses prefere(e)s : Federer - Nadal - Djokovic ...
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 17:26

Bravo Roger ... ça donne bcp d'espoir pour la suite :o)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mésange
Tennis Passion
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8775
Age : 52
Localisation : Liège
joueurs/ses prefere(e)s : Roger, Kim et Oli
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 19:00

En effet ! Si pas pour RG, pour Wimbly en tout cas Very Happy

Ca fait longtemps qu'on n'avait plus vu un tel niveau de jeu chez Roger. Tout fonctionnait : son service, son revers, son coup droit, la gestion des points importants, ... et face à Nadal, pour une fois, pas de barrière mentale alors qu'on sait que Nadal n'a même pas besoin d'être à 100 % pour le battre.

Je me suis toujours demandée si ses problèmes de dos n'étaient pas à l'origine de son mauvais pourcentage de 1ères balles et de ses défaites prématurées. Il vient de déclarer qu'il savait qu'il reviendrait à un meilleur niveau une fois les effets de la mono disparus ainsi que ses problèmes de dos. On peut donc en déduire qu'il est de nouveau en forme Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ily
coach
avatar

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 36
Localisation : Belgique
joueurs/ses prefere(e)s : Federer - Nadal - Djokovic ...
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Lun 18 Mai - 19:23

Moi j'espère de tout coeur que pour RG il sera dans la même forme ...
Donc tout est possible Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Mar 19 Mai - 4:42

Tennis: la défaite de Nadal face à Federer à Madrid relance le suspense pour Roland-Garros

MADRID (AFP) — La défaite de Rafael Nadal face à Roger Federer dimanche en finale du tournoi de Madrid a relancé le suspense à une semaine de Roland-Garros, alors que tout le monde se préparait à une promenade plus ou moins soporifique du N.1 mondial vers un cinquième titre consécutif.

Même s'il a eu lieu dans des conditions très particulières qui en relativisent la portée, cet échec a incontestablement amoindri l'aura d'invicibilité d'un joueur qui n'avait plus perdu "à la régulière" sur terre battue depuis deux ans.

Surtout que Nadal avait déjà dû défendre trois balles de matches lors de sa demi-finale face à Novak Djokovic, dont la menace s'intensifie semaine après semaine et qui a clairement ouvert un deuxième front cette année.

Le premier a été réactivé dimanche par Federer, dont l'amour propre a été regonflé après plusieurs échecs extrêmement douloureux face à Nadal. "En venant en salle de presse, j'avais l'impression qu'on ne parlait que de lui. Ca me travaillait, mais je ne voulais pas croire ce que disait la presse et je suis resté positif", a dit le Suisse.

Sur le plan du jeu, on n'a rien vu de vraiment nouveau sous le soleil de Madrid, les deux joueurs ayant appliqué leur tactique habituelle. Federer a été bon mais n'a pas réussi le match parfait, commettant pas mal de fautes directes en tentant d'agresser son adversaire, et c'est clairement Nadal qui n'a pas évolué à son meilleur niveau.

Reste à évaluer l'influence qu'ont pu avoir le marathon de quatre heures couru la veille par Nadal face à Djokovic et l'altitude de la capitale espagnole (600 m).

L'Espagnol ne s'est pas étendu sur le premier point, remarquant simplement qu'il était à l'évidence arrivé plus fatigué que Federer. Mais il a été plus disert sur le second.

"Selon moi, ce tournoi n'a rien à voir avec Paris", a-t-il tranché.

Dans l'air moins dense, les balles fusent plus, surtout au service, et les effets du lift sont atténués, des particularités encore accentuées par la sécheresse du climat castillan.

"Le terrain était très sec et très rapide et l'a favorisé. Il y a des balles qui font le point alors qu'elles ne suffiraient pas ailleurs", a-t-il assuré. Une analyse confirmée par Federer: "Ca permet de jouer plus agressif".

Pressentant peut-être le danger, Nadal avait protesté contre le fait d'avoir à se rendre à Madrid à une semaine de Roland-Garros, laissant même entendre un moment qu'il pourrait faire l'impasse.

Conscient que le monde n'a sûrement pas changé en une après-midi, Federer s'est cependant gardé de toute ostentation après sa victoire, par égard pour le public madrilène, mais aussi parce qu'il sait d'expérience que les lendemains de victoire sur Nadal peuvent déchanter.

En 2007, en finale de Hambourg, il avait mis fin à une incroyable série de victoires (81, record absolu) de l'Espagnol sur terre battue, et sa déception un mois plus tard en finale de Roland-Garros, en quatre sets, n'en avait été que plus vive.

"Je ne pense pas que cela va l'affecter, a ainsi conclu Federer. Après tout, il est en train de réussir une de ses meilleures saisons sur terre battue. Je suis sûr qu'à Paris on va retrouver un Rafa solide comme un roc."

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gdrdZ6qxG5LT-Gctz0mXUtuqmMEQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noodles
Aime les gens bons


Masculin
Nombre de messages : 6951
Age : 40
Localisation : Là où vous n'êtes point.
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   Mar 19 Mai - 17:04

Federer fait de la résistance

Rafael Nadal n'est pas invincible, mais reste le grandissime favori pour un 5e sacre à Paris

MADRID Roger Federer a privé Rafael Nadal de la passe de quatre à huit jours de Roland-Garros. Lauréat à Monte-Carlo, à Barcelone et à Rome, Rafael Nadal a craqué physiquement à Madrid devant un parterre acquis à sa cause.
Ce faux pas de Rafa ne remet évidemment pas en question sa suprématie sur terre battue. En quatre participations à la Porte d'Auteuil, le résident de Manacor reste invaincu. Mais ce revers démontre que, en fonction des événements, l'Espagnol peut être vulnérable sur la surface ocre. Novak Djokovic, qui avait posé les premières banderilles en demi , a amorcé la mise à mort du matador. Le Suisse, en finale, a planté le coup de grâce.
Sur le plan du jeu , la finale, excepté l'issue, n'avait rien de révolutionnaire. Chacun a appliqué à la lettre son schéma tactique. Toutefois, les détracteurs de Rafael Nadal ne doivent pas crier victoire trop vite. Madrid n'est pas Paris. Paris n'est pas Madrid.
L'altitude (600 m) à Madrid et le travail de sape de Novak Djokovic ont brouillé les cartes dans la bataille que se livrent Rafa et Rodgeur . "Selon moi, ce tournoi n'a rien à voir avec Paris" , a confirmé l'Espagnol. "Dans l'air moins dense, les balles fusent plus, surtout au service, et les effets du lift sont atténués, des particularités encore accentuées par la sécheresse du climat castillan. Le terrain était très sec et très rapide. Il y a des balles qui font le point alors qu'elles ne suffiraient pas ailleurs." Federer confirme l'analyse : "Ça permet de jouer de manière plus agressive."
Pressentant le danger , Nadal avait protesté contre le fait d'avoir à se rendre à Madrid à une semaine de Roland-Garros, laissant même entendre qu'il pourrait faire l'impasse.
Conscient que le monde n'a sûrement pas changé en un après-midi, Federer se préserve de tout excès de confiance après sa victoire car il sait que le sursaut de la bête blessée sera impitoyable. En 2007, en finale de Hambourg, Rodgeur avait mis fin à 81 succès de rang (un record) de l'Espagnol sur terre battue. Sa déception un mois plus tard en finale de Roland-Garros, en quatre sets, n'en avait été que plus vive.

Thibaut Vinel
© La Dernière Heure 2009


http://www.dhnet.be/sports/tennis/article/263563/federer-fait-de-la-resistance.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madrid (Vainqueur : Federer)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Madrid (Vainqueur : Federer)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mutua Madrid Open 2013 - Masters 1000
» le vainqueur du grand est quad 2010 est Mr ........
» Dave Vainqueur
» Le Mental de Federer
» Récit du vainqueur 1999

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Tennis Belge :: Infos tennis :: Actualité ATP/ATP Actualiteit :: Résultats-
Sauter vers: